• Emma, de Jane Austen

    “Emma est bel et bien l'oeuvre la plus aboutie de Jane Austen. C'est un cocktail des relations soffistiquées de son angletterre natale”

    512 pages

    Jane Austen 

    Editions le livre de poche 

    * Classique *

    Orpheline de mère, seule auprès d'un père en mauvaise santé, Emma Woodhouse, désormais la maîtresse de maison, s'est mis en tête de marier Harriet Smith, une jeune fille qu'elle a recueillie chez elle. Ce faisant, ne s'est-elle pas attribué un rôle qui n'est pas (ou pas encore) pour elle ? Son inexpérience des coeurs et des êtres, ses propres émotions amoureuses, qu'elle ne sait guère interpréter ou traduire, lui vaudront bien des déconvenues et des découvertes.

    Un pavé impressionant

    °Avant tout, j'aimerais juste donner quelques impressions sur la grosseur de ce livre. J'ai beaucoup apprécié cette lecture, qui m'a permis de mieux juger le style de Jane Austen, de l'apprécier et de m'en délecter plus encore, mais j'avoue être rester pantoise quant à sa taille.  Effectivement, Emma, c'est 500 pages écrits en petits caractères, sans beaucoup de marges et très denses ! Par rapport, Orgueil et Préjugés, c'est du gateau ! ^^ Mais ne vous fiez pas à sa taille. En tant qu'oeuvre la plus aboutie de jane Austen, il y a de quoi prendre du plaisir dans cette lecture.

    Des personnages attachants presque vivants

    °Au début, Emma m'énervait un peu. En effet, elle a su attirer les ennuis sans le vouloir sur la “petite naïve” du village [Harriet Smith].  Mais heureusement, notre héroïne comme le dit jane Austen, reconnaitra d'elle même ses erreurs sentimentales. Plus les pages se déroulaient, plus j'appréciais Miss Emma Woodhouse. Dans ce roman, la grande dame du roman anglais n'a délaissé aucun personnages, du plus secondaire au plus important. Jane Austen sait en effet les rendre vivants. J'ai beaucoup appréciée la manière qu'elle avait à retranscrire les dialogues sempiternels de Miss Bath, la grande bavarde du village. J'avais vraiment l'impression de me trouver face à une de ces personnes qu'il est impossible d'arrêter. Quand à Mr. Knightley, le “Darcy" de ce roman, je le lui trouvais absolument rien de particulier au début, mais mon avis a grandement évolué à la fin. 

    Mariages, mariages et mariages

    °Emma, c'est du jane Austen, alors il ne faut pas s'attendre à ce qu'il n'y est pas d'histoires de mariages rocambolesques ! Toutefois, par rapport à O&P, une grande partie du roman est plus axées sur la critique et l'observation de la société de ce début de XIXe siècle. C'était d'ailleur assez plaisant.

    Conclusion

    °Emma est bel est bien l'oeuvre la plus aboutie de Jane Austen. C'est un cocktail des relations soffistiquées de son angletterre natale. J'ai touvé cette lecture très agréable, et je vous annonce également que mon virus Austennien est bel et bien déclaré !

    5 cerises

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :